!Books en construction!

LE PHOTOGRAPHE :

 

Frédéric Couzinier, Tarnais de 22 ans.

Ne me considérant pas comme un professionnel, mais juste "photographe" de nature.


Des brumes campagnardes aux orages les plus violents, d'un couché de Soleil sur la mer à l'aube glacée des sommets Alpins, de son côté le plus calme à sa forme la plus extrême, la nature nous offre des instants de beauté, rares et éphémères.

Mon but, aller chercher ces instants et en garder une trace, des images.


Même si je manque cruellement de temps, j'essaie d'aller toujours plus loin dans mon travail et de saisir la moindre opportunité pour m'échapper vers de nouveaux horizons...


Auteur Photographe depuis 2013, vous pouvez à tout moment me contacter pour un tirage d'art, une cession de droits.


N° SIRET : 792 567 125 00010


Ce site est en cours de réorganisation (tri à effectuer, nouvelles images à mettre en ligne...).

Pour suivre toute l'actualité et ne rater aucune nouvelle photo, rejoignez ma page Facebook (accessible aussi à ceux qui n'ont pas de compte) !

 

http://www.facebook.com/LumieresDeNature

 


 

 

 

LE CHASSEUR D'ORAGES :

 

 

Passionné depuis mon plus jeune âge par les phénomènes atmosphériques, je passais des heures à regarder les cumulus bourgeonner dans la campagne. J'ai appris à lire le temps par l'observation.

Je me souviens d'une soirée à la garderie de mon école, je devais avoir 7 ou 8 ans. Quand nous sommes rentrés de la cour de récré j'étais tout excité et ne décrochais plus de la fenêtre (en effet, cinq minutes auparavant j'observais de magnifiques cumulus congestus s'élever dans le ciel).

Intriguée, la maitresse me demanda : "qu'est-ce qu'il y a ?"

- "J'attends le tonnerre !", lui répondis-je ("tonnerre" pour "orage", quand on est gosse on mélange un peu les mots).

Il faisait beau, le ciel était bleu, et elle me regarda d'un air étrange. J'ai bien compris qu'elle ne me croyait pas. Moins d'une demi-heure après, l'orage éclata...

 

Pour la plupart des gens ce genre de passion naît suite à un évènement marquant. En ce qui me concerne c'est venu comme ça. J'ai toujours été à l'écart des autres et proche de la nature, ça doit y être pour quelque chose. Le ciel est fascinant, impalpable, et ses phénomènes m'ont posé tout un tas de questions.

Plus tard les livres m'y ont apporté les réponses et quelques connaissances en météorologie. Depuis mes dix-neuf ans j'ai laissé l'aspect scientifique de côté (la vie en a décidé autrement) et j'aborde ces colères célestes avec plus de poésie et d'admiration.

 

C'est avec la photographie que j'ai pu réunir cette passion : la chasse à l'orage.


Tout commence par une étude de la situation météo, puis du terrain (topographie, points de vue, grands axes routiers...). Si la situation est favorable et suivant mon emplois du temps (je ne compte plus le nombre de dégradations manqués à cause du boulot...), je pars vers la zone à risque orageux le plus élevé. A mes débuts je ne m'écartais pas d'un point de vue choisi à l'avance. Avec l'expérience j'ai gagné en mobilité et je n'hésite plus à me repositionner sous les orages, bien qu'en France certaines régions soient peu propices à cette activité (réseau secondaire handicapant, forêts...).
Quand j'en ai l'occasion je m'exile dans les grands espaces Espagnols. Les paysages sont dingues, les routes longues et droites avec vue dégagée procurant une sensation de liberté incomparable. J'y retournerai dès que l'occasion se présentera, en attendant peut-être de pouvoir aller un jour dans la "Tornado Alley".


Vous trouverez une sélection de mes meilleures photographies d'orages réunies dans une seule galerie. Vous proposer un book entier de récits de traque me prenait trop de temps, sans compter qu'un pourcentage infime de visiteurs prenait réellement le temps de me lire.